Mots clefs: varice, varice périnéale, varice de cuisse, varice crurale, varice de jambe, varice jambière, varice du mollet, varice poplitée, varice saphène, varice chirurgie, varice opération, varice laser, échographie vasculaire, échographie varice, écho doppler varice, écho doppler saphène, doppler veineux, angiologue Paris phlébologue, Paris 9ème arrondissement, 75009. Dr Van Cleef

Il est possible d’avoir la maquette de cette cartographie avec le dessin du quadrillage sous Word en me contactant.

L’avantage de cette maquette est d’être modifiable et donc vous, médecin vasculaire, allez pouvoir personnaliser ce document et vous appropriez ce nouvel outil.

Symboles utilisables en cartographie veineuse

Trait continu large droit rouge : reflux majeur inter ou sous facial

Trait continu fin droit rouge : reflux mineur inter ou sous facial

Trait continu fin droit rouge : reflux mineur inter ou sous facial

Trait continu fin courbe rouge : reflux mineur sus facial

Trait droit en pointillé bleu : veine inter ou sous faciale continente

Trait courbe en pointillé bleu : veine sus faciale continente

 Rond plein rouge : perforante incontinente

Cercle bleu : perforante continente

Double flèche horizontale noire : cicatrice

Trait noir avec petits traits transversaux : éveinage ou destruction thermique

Trait noir : thrombus ou sclérus

Double flèche verticale avec un chiffre à coté : distance en nombre entier de cm

Symbole diamètre + chiffre : diamètre d’une veine en mm (nombre entier uniquement)

Zone ombrée : dermo-hypodermite

Zone hachurée : ulcère fermé

 Zone quadrillée : ulcère ouvert

Symboles utilisables pour les crosses

Flèche vers le haut : crosse continente

Flèche  vers le bas : reflux terminal

 Double flèche verticale : reflux préterminal

Double flèche horizontale : crossectomie sans récidive

A ces éléments de base on peut y ajouter :

Trait fin : reflux minime,

Trait large : reflux majeur

Petite ellipse : ganglion

On peut aussi combiner  ces éléments entre eux :

Double flèche horizontale + flèche vers le bas avec un trait large =  récidive avec reflux majeur et en texte on pourra écrire : récidive à partir d’un orifice large non valvulé.

Ou encore les plus perfectionnistes peuvent faire un petit schéma de la crosse à la manière de J.F. Auvert (Logiciel Cartoven fait en 1999).

 

But de la cartographie veineuse

Tout l’art de la cartographie est de donner la bonne information le plus clairement possible, sans en faire trop et sans oublier un élément essentiel. Une carte est destinée à un public défini. Elle dépend de vos médecins correspondants. Une carte parle d’elle-même, le texte d’accompagnement est donc un complément de la carte et nullement une description du dessin lui-même. La conclusion est concise et précise avec éventuellement une indication thérapeutique.

 

Le document final

Il doit si possible tenir sur une seule page  pour permettre une visualisation aisée, en «un coup d’œil», sans avoir à tourner plusieurs feuilles.
Cette page est divisée en trois tiers :

  •  En haut la date, les identités, le titre et le niveau de l’examen, le motif,  la clinique et la CEAP
  • Au milieu la carte proprement dite
  • En bas un texte court de complément et une conclusion.

Enfin en bas de page et en petits caractères les mentions légales et un site Internet expliquant les légendes utilisés pour la cartographie veineuse.

 

 

A.  Le tiers supérieur de page

–  La date de l’examen est toute en haut et à droite. Une date au même endroit permet de classer facilement des examens successifs.
– L’identité du bon médecin effectuant l’examen, ses titres, adresse, téléphone, email… sont placés en haut et à gauche.
– Echographie-doppler des veines des membres inférieurs avec cartographie hémodynamique de… avec identité du patient et sa date de naissance sont centrées en milieu de page
– Plus bas à gauche : examen standard de niveau 2 demandé par, copie à ; motif d’examen, clinique, CEAP
– Eventuellement vous avez la place d’imprimer un destinataire et son adresse entre la date et le titre de l’examen pour ceux qui utilisent des enveloppes à fenêtre .

 

 

B. Le tiers moyen de page : le dessin

1. Le contour des membres inférieurs au centre

Quelle représentation choisir ?

Représentation classique du membre à deux faces ou représentation «  peau à plat » avec un quadrillage comprenant quatre faces et 7 hauteurs. A vous de choisir…
Si le quadrillage demande un petit effort d’adaptation au début il présente les avantages suivants :

  • Un gain de place pour le dessin
  • Pas de rupture dans le tracé des veines, on raisonne plus facilement sur l’ensemble du membre
  • Un repérage type « bataille navale » avec quatre faces L, A, M, P (latérale, antérieure, médiale, postérieure) et 7 hauteurs (1, 2 et 3 pour les 3 tiers anatomiques de cuisse, 4,5 et 6 pour les 3 tiers de jambe et 7 pour le pied.) Ce repérage est très utile pour le dossier patient, pour inscrire la localisation d’une injection sclérosante ou d’une perforante. Il est plus cours d’écrire M6  au lieu de 1/3 inf. de jambe ou perforante de Cockett…
  • Le quadrillage permet d’estimer un temps opératoire en comptant le nombre de cases présentant des varices.
  • Il permet aussi, peut être, de calculer un index variqueux, c’est-à-dire de quantifier le nombre de varices, le C2 de la CEAP et de suivre l’évolution d’un patient (actuellement à l’étude.)

2. De chaque coté

Deux carrés à remplir  pour styliser le statut des crosses grande et petite veines saphènes. Sous ces carrés on note, si besoin, le diamètre des 4 troncs saphènes à mi-cuisse parois comprises pour la GVS et à 5 cm sous le pli poplité pour la PVS.

 

 

C. Le tiers inférieur de page : texte et conclusion

Le texte est un complément au dessin et non une description du dessin lui même. Sur une carte routière nous n’avons pas de texte complémentaire pour nous expliquer que l’autoroute passe au dessus du fleuve…
Le premier paragraphe concerne le réseau profond souvent normal chez le variqueux.
Le deuxième paragraphe concerne le réseau superficiel. Il précise, si nécessaire certains points de la carte sus-jacente comme le nom d’une branche à l’origine d’un reflux, un aspect important pour la thérapeutique non visible sur le dessin et il précise les limites éventuelles de l’examen. Il convient de faire simple en évitant les répétitions.

La conclusion va droit au but, par exemple :
Reflux terminotronculaire de la grande veine saphène droite, ou encore
Reflux préterminal et tronculaire de la grande veine saphène droite alimentant un ulcère de jambe, une injection de mousse sclérosante écho guidée s’impose en plus de la contention.

 

 

Le bas de page : informations légales

Il est possible de mettre en petits caractères le N° d’ordre du médecin, s’il est membre d’une AGA, la date et le type d’appareil d’échographe, le site Internet pour les légendes de la cartographie…

 

 

Remarques :

  • Les couleurs sont données à titre indicatif car la cartographie peut être réalisée avec une seule couleur afin de permettre facilement une photocopie noir et blanc :
    – Rouge : Veine variqueuse
    – Bleu : veine normal
    – Vert : contour de jambe, quadrillage
    – Noir : cicatrice, ulcère, chirurgie, mesures
  • Le reflux majeur impose un traitement, le reflux minime une surveillance. Le reflux moyen ne permet pas de définir une attitude thérapeutique, ce terme doit  être évité.
  • Le diamètre d’un tronc saphène est mesuré en dehors d’un nid valvulaire. Il ne s’agit donc pas du plus grand diamètre mais d’un diamètre moyen.
  • Le diamètre d’une veine étant variable d’une heure à l’autre, d’un opérateur à un autre il est inutile de recopier les mesures avec des décimales de mm comme sur les écrans d’échographie. Les diamètres sont donc donnés en nombre entier de mm. De même les hauteurs sont inscrites en nombre entier de cm.
  • Le texte d’accompagnement donne si nécessaire des informations qui ne sont pas présentes sur la carte. Ce texte ne doit pas être une redite de remplissage ! Néanmoins en cas d’anomalie demandant une longue description il est légitime d’écrire : Réseau superficiel : voir page suivante et donc d’ajouter une deuxième page de compte-rendu. Cette procédure permet de garder la conclusion en première page, sous le dessin.
  • Il est toujours important de décrire d’éventuelles difficultés d’examen et de préciser s’il s’agit d’un examen limité de niveau 1, d’un examen standard de niveau 2 ou d’un examen exhaustif de niveau 3.
  • Faut-il absolument écrire la classification CEAP du patient, alors que peu de médecins la connaissent et l’utilisent ?  C’est mieux…

 

(Traitement varice Paris, Angiologue Paris phlébologue, 75009 Paris Dr Van Cleef)